Grossir, guérir & avancer.

29 mars 2016



Je n'ai jamais été aussi grosse. Je viens de le réaliser ce matin. Et j'ai pleuré. Pendant plus d'une heure. Toute seule. Recroquevillée sur mon canapé.
Alors j'ai écrit un sms desespérée à ma diététicienne pour lui dire que ça allait pas du tout. On s'est vu dès l'après-midi car pas de chance, elle avait eu un désistement. Et j'ai enfilé réalisé une chose. Oui cette année j'ai grossi. Mais cette année aussi j'ai ... guéri. Vraiment.
On ne peut pas mener de front une perte de poids et la guérison des troubles alimentaires. C'est quasi impossible car dès lors, on se trouve dans une spirale de l'échec qui nous poursuit et on arrive à régler ni l'un, ni l'autre.




J'en ai parlé hein des troubles alimentaires sur ce blog, j'en ai parlé de perte de poids que je pensais être la bonne ( " cette fois c'est bon , je ne reprendrai plus jamais ce que j'ai perdu" ) et à chaque fois j'y croyais. Vraiment. Je pensais que j'avais trouvé cette fois LA manière de manger, de bouger qui ferait que je ne reprendrai plus jamais de poids.



Et quand j'ai été voir cette fameuse diététicienne, j'ai vu les choses autrement. J'ai vu comme j'avais des tabous, des obsessions, des choses qui étaient loin d'être réglées dans mon comportement alimentaire. Je n'avais plus aucune résistance à la frustration, je faisais des courses comme je mangeais avant : j'achetais tout & n'importe quoi ( & surtout ce que je ne pouvais pas manger quand j'étais enfant ou quand je faisais de l'anorexie ), et dès que je me disais qu'il fallait que j'arrête le chocolat, c'était le jour où la tablette pouvait y passer.

La peur de manquer. C'était une petite phrase que mon père avait coutume de me dire en rigolant quand je chouinais parce que mon petit frère avait eu une cuillerée de plus que moi.
Cette phrase là elle me caractérise tellement. Alors cette année, j'ai appris à ne plus avoir peur de manquer. Alors j'ai tâtonné, j'ai trop mangé, j'ai fait des repas de raisin, d'autres repas de chocolat, j'ai un peu abusé des chips  ( ces fameuses qui me faisaient tellement tellement envie chez les autres parce que c'était hors de question de trouver ça chez moi quand j'étais enfant ... ) ( et maintenant je réalise que c'est quand même drôlement salé ces cochonneries ... ) et mon placard déborde toujours autant de produits trop salés, trop gras et trop sucrés. Au cas où. Au cas où j'aurais envie et besoin de ces aliments réconforts. Je n'en mange pas tous les jours. Je sais juste qu'ils sont là. Et parfois ça me suffit.

Alors oui cette année, j'ai fait un grand pas. Je n'ai plus eu de phases ni anorexiques, ni boulimiques, ni hyperphagiques. Et comme dit ma diététicienne, ou même mon papa ( même si lui ça ne concerne pas ce travail autour de l'alimentation )  : une chose après l'autre.
D'abord les troubles alimentaires. Et ensuite le poids. Le poids viendra après. Une fois que j'aurais compris que mon corps et mon esprit désirent une seule et même chose : manger des choses bonnes pour ma santé. Jusque là, j'avais juste pensé que je devais manger des choses "lights" alors que, très gourmande depuis toujours, je voulais manger des choses "mauvaises".

Mon premier mot a été "gâteau", ma première phrase "moi aussi je veux du chocolat". Je SUIS gourmande, j'adore manger. Et depuis toute petite, j'ai une tendance à être rondelette. Et je pense que ma maman a toujours eu peur que je devienne obèse, et l'équilibre alimentaire était primordiale pour elle. J'en suis quelque part reconnaissante, mais j'ai tellement été obsédée par la nourriture que j'ai toujours pensé que light différait du plaisir, que manger devait être soit une orgie sans fin/faim , soit un concombre et une tranche de jambon sans pain. Et dès que je craquais, je me disais que ... "foutu pour foutu, autant que je finisse la tablette de chocolat, le paquet de gâteaux, la pizza " alors même que je n'avais plus faim.
C'est ce qu'on appelle "la restriction cognitive" : tous ces aliments jugés "mauvais" nous apparaissent alors comme étant les meilleurs gustativement parlant.
La majorité des personnes ont des alternances entre ces moments de plaisir et restriction. Pour les personnes atteintes de troubles alimentaires, les moments de plaisir s'apparentent à de la boulimie et les périodes de restriction à de l'anorexie ...

Aujourd'hui, je commence à comprendre qu'il n'y a rien de light, rien de mauvais. Qu'il faut savoir s'écouter. Qu'il faut arrêter de culpabiliser dès qu'on mange quelque chose que la société, notre mère ou nous-mêmes avons décrété comme étant "mauvais". Notre corps est plus intelligent que tout ça, il faut lui faire confiance.

Je suis grosse. J'ai pris du poids en guérissant, parce que j'ai fait des erreurs, parce que mon corps s'est un peu affolé aussi de ce changement de comportement alimentaire. Et je serai sûrement grosse toute ma vie, selon les standards de la société. Mais je refuse de faire du surplace, je refuse de voir la balance monter jusqu'à faire 1000kilos ( je crois d'ailleurs que ça ne serait pas vraiment possible ... ).
Et j'ai choisi de voir les choses de manière positivement plutôt que de me flageller en me haïssant parce que j'ai à nouveau grossi. Je reperdrai ce poids là. Je le sais, j'en suis sûre. Et je serai à nouveau en santé DE FER . Mais je ne ferai pas ça avec un régime.

Si vous voulez en savoir plus sur mon nouveau mode de fonctionnement, vous pouvez vous renseigner sur les théories de Zermati ou d'Apfeldorfler qui se rapprochent de celles de ma diététicienne. N'hésitez pas à me dire si vous voulez que je continue à parler ici de ce travail sur mon alimentation, même si ça change un peu des articles "looks", c'était aussi ça le but du blog au début ...  ;)



23 commentaires

  1. oui! on veut! bravo tu es sur la bonne voie et tu es belle!
    personne n'a le droit de te dire le contraire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton soutien ! C'est adorable :)

      Supprimer
  2. C'est un article plein de sagesse, qui va sûrement parler à beaucoup de personnes. Je l'ai lu et je pense que je le relirai plus tard, parce qu'il y a beaucoup de choses que j'aurai besoin de revoir:
    J'ai "guéri" mes TCA sans vraiment les guérir, je crois qu'il y a encore pas mal de choses à réparer de ce coté là, je pense que des articles comme le tien peuvent être des aides pour réaliser certaines choses dont on a pas forcément conscience.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me touche beaucoup que tu te confies comme ça à moi. <3
      Merci pour tout.

      Supprimer
  3. Merci pour cet article, de partager ça avec nous =)..
    Personnellement, je te suis depuis plusieurs années maintenant (même si je ne laisse quasiment jamais de commentaires ^^'), et j'apprécie ces articles un plus perso sur ton poids et comment tu gères ça et tout.. Je les trouves enrichissant et d'une certaine façon réconfortant, et cela qu'on est ou non des problèmes de poids..
    Bref, je ne sais pas si je suis claire, mais merci d'être toujours là et de partager ton expérience avec nous =)..
    Passe une bonne journée & profites-en bien =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mademoiselle Bouh ;) <3
      Je me rappelle bien de toi & de tes passages sur mon blog. ça me va droit au coeur que tu continue à venir depuis toutes ces années !
      <3

      Supprimer
  4. salut je te suis depuis un bon moment, je suis surement un des rares hommes qui suit ton blog .Je te trouve très belle, je pense qu il faut que t arrête de focaliser sur ton poids .TU perdras du poids comme ça tout en faisant attention a l alimentation . Ma femme est ronde ( elle doit faire a peu près ta morphologie ) en faisant ça elle perd un peu par un peu .
    ps le seul hic c est qu elle ne se met quasiment jamais en jupe . Quand je voit tes photos je me dit qu elle serai bien dans les meme tenue que toi

    cyril

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cyril pour ton passage :)
      Fais lui donc voir mon blog à ta femme, peut-être qu'elle arrivera à se voir autrement & à oser la jupe :p Après peut-être qu'elle n'aime pas tout simplement :p
      En tout cas merci pour ton adorable commentaire :)

      Supprimer
  5. <3
    J'ai longtemps cherché comment exprimer mon ressenti sur cette article, à chaque fois c'était juste ce coeur qui revenait. Cette démarche est fantastique, tu es sur la bonne voie et je sais que tu vas y arriver, guérir, petit à petit. Chaque chose en son temps!
    Miss you.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chérie pour ta bienveillance constante. Tu me manques tellement <3

      Supprimer
  6. Wahou... il me parle beaucoup cet article! J'essaie de guérir après 15 années d’anorexie/boulimie/hyperphagie (oui moi aussi ;) ) et comme toi je ne me défend plus rien, tout en essayant de ne plus culpabiliser mais pfiou ... que c'est dur par moment. Ca me fait plaisir de découvrir ton blog à ce moment de ma vie ou j'apprend à aimer mon corps :) <3 merci à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci à toi pour ce passage & ces gentils mots.
      J'espère de tout coeur que t'arriveras à t'en sortir de tt ça, c'est vraiment pas évident, mais c'est faisable j'en suis certaine <3

      Supprimer
  7. Tu a de la chance 🍀 de être dans cette états d'esprit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas de la chance. J'ai décidé d'être dans cet état d'esprit & de pas subir ;)
      Tout le monde peut y être.

      Supprimer
  8. Ça fait du bien de te lire, merci de ce partage et belle continiation

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour ce témoignage!! C est tellement fort de lire ton retour d expérience!

    RépondreSupprimer
  10. Bravo pour cet article !! Et courage !!

    RépondreSupprimer
  11. Ton article m'a vraiment touché ... Tu sais que tu peux compter sur moi pour te soutenir , continues comme ça ma belle , avec cet état d'esprit , cette motivation et ce joli coeur :*

    RépondreSupprimer
  12. AH ben tu vois, depuis le temps que je te parlais de Zermati, tu es enfin tombée dedans ;) tu verras c'est que du bonheur.

    RépondreSupprimer
  13. En lisant les théories avec lesquelles ta diététicienne travaille je me dis que tu es sur la bonne voie;-) et quelles que soient tes variations de poids tu es toujours aussi jolie!

    RépondreSupprimer
  14. Tu en as fait du chemin, depuis le temps que je lis tes articles c'est surement celui qui témoigne le plus d'enthousiasme. L'essentiel, c'est d'être en phase et de s'écouter. Le reste, c'est censé aller tout seul... Mais je compatis tu sais. Moi aussi j'ai eu (j'ai, d'ailleurs, parce que pour ma part c'est encore loin d'être digéré) des problèmes dans le style. Donc je te soutiens à 300 % ! :D

    À bientôt et bon courage jolie B. ♥

    RépondreSupprimer
  15. "L'équilibre alimentaire", si l'on peut le nommer ainsi, reste un idéal qui ne l'est pas vraiment, et une image souvent variée et schizophrène. J'ai eu aussi des problèmes alimentaires, et comme tu en parlais sur l'un de tes articles, il est dommage qu'il n'existe pas d'instagram ou de blog présentant l'évolution saine et par étape, jour après jour, du corps d'une fille. Car déjà, et on le sait, le poids reste vide de sens. Il me suffit juste de manger des légumes et des céréales type quinoa dans une journée pour prendre 1 à 1 kilo et demi en un jour. Il me suffit juste de manger une pâtisserie le soir ou une portion de frite pour passer de 53,8 kilos à 56 kilos le lendemain.
    Personnellement, j'essaye toujours de trouver "cet équilibre", fort heureusement, je ne suis plus dans cette période où j'alternais hyperphagie, boulimie et anorexie. Je détesterai retomber dans l'anorexie, j'ai détesté cette période où je ne mangeais rien et étais si faible que je m'endormais souvent avant 20 heures le soir, alors que j'étais au lycée. Je n'ai pas non plus envie de retomber dans cette hyperphagie qui imprègne mon corps et l'oblige, par la force de la gravité, à se rappeler chaque instant les orgies fatiguantes et réconfortantes auxquelles je m'étais alors adonnée. Ce qui m'a vraiment aidé, c'est d'orienter enfin mon alimentation selon la perspective des intolérances et allergies alimentaires. En effet, une partie de cette anorexie a débuté parce que dès que je mangeais, j'avais affreusement mal au ventre et avais tout le temps des problèmes intestinaux. Trois mois avant, j'avais fait une grippe intestinale...
    Alors, je suis effarée que tout ce pan de l'allergie et de l'intolérance alimentaire n'est pas du tout pris en compte dans les traitements des problèmes alimentaires. Certes, l'anorexie est majoritairement dûe à une perception idéalisée et absolue du corps, de l'existence en général, que l'on essaie de réaliser par la seule matière rendant visible cet idéal : le corps.
    Avant, je trouvais le corps des danseuses classiques et des mannequins enviables, séduisants. Aujourd'hui, je les trouve la plupart du temps (sauf certaines mannequins fitness dont le corps me semble équilibré sans être maigre) maigres et pas du tout séduisants. Rien qu'à la parapharmacie du quartier, la pub vantant une crème censée raffermir les fesses et réduire la cellulite accompagnait son propos d'une image mettant en scène le cul plat et quasi juvénile (pédophilie ? éphébophilie ?) d'une mannequin sûrement anorexique ! Et soit les mannequins sont anorexiques, soit elles sont l'extrême, mais les filles normales avec un peu de ventre, des vergetures et de la cellulite, des seins petits et des fesses un peu molles, ni spécialement minces, ni spécialement rondes, qu'est-ce qu'on en fait ? Et pour s'habiller, l'horreur! Moi qui adore les crop tops, suis-je foutue ? Moi qui adore les jeans taille haute, dois-je en abandonner l'idée ?
    L'on est dans l'ère de "l'équilibre", de la "demi-mesure", de la "différence" et de la "variété", mais moi, dans la rue, je ne vois que des photos avec des filles photoshoppées et ultra maquillées, dans le tram, je ne vois que des adidas stan smith, des coupes cheveux au milieu et des petites vestes cintrées, je ne vois que des visages ultra maquillés et jamais de beauté naturelle. Bonjour la "variété" et la "demi-mesure"...

    RépondreSupprimer
  16. Alors c'est cool qu'un blog comme le tien existe, que je semble retrouver dans certains de tes articles certaines préoccupations par rapport à l'alimentation qui m'ont toujours obsédé. Et j'ai envie de dire : rien ne nous pousse à ne pas porter un crop top parce qu'on a un petit ventre ou franchement, un gros ventre. Rien ne nous pousse à ne pas adopter un style qui nous vraiment original et qui ne suit pas forcément les codes couleurs et les formes de plus en plus aseptisés de Zara ou autres... Hé oui, pourquoi cette autocensure ? A bas l'autocensure !

    RépondreSupprimer

Merci pour vos p'tits mots. <3

Latest Instagrams

© Chroniques de B.. Design by Fearne.